15.01.2015

Le travail de Terre de Garrigue et Patrimoine vandalisé

 

Les membres de l'association dont le travail a été évoqué dans un article paru le 13 janvier en pages locales ne décolèrent pas. Jean-Bernard Quintilla, communique son indignation : 

« La photo ci-jointe est évocatrice de ce que peut être la bêtise et l'irresponsabilité. Pendant que certains papotent en profitant des installations mises à leur disposition, d'autres s'amusent et démolissent une capitelle que des élèves d'un lycée et des membres d'une association ont péniblement et patiemment restauré, ceci dans le but d'apporter un plus au patrimoine de la commune. Il y a une expression qui dit « que certains coups de pieds au ....  se perdent », elle est ici pleinement justifiée. Les bénévoles sont mécontents et souhaitent un peu plus de respect pour leur travail, est-ce trop demander?  »

Les capitelles tout comme les murets en pierres sèches sont les vestiges d'un passé riche d'enseignements quant à la façon de vivre  mieux  avec la nature. Les ancêtres vignerons et cultivateurs ont laissé là un témoignage que l'on se doit de conserver et non de détruire. Dommage !

Capitelle vandalisée, un acte idiot  découvert par les bénévoles 0022.jpg

 

 

 

 

11.01.2015

Fleury est Charlie

 

2015-01-08charlie.jpg

Jeudi 8 janvier à midi, tous ensemble, élus, agents municipaux et Pérignanais se sont réunis sur le parvis de la mairie afin de manifester leur soutien au journal sacrifié la veille.

« Je suis charlie » affiché sur leur cœur, ils ont écouté attentivement le discours de Guy Sié avant d'observer une minute de silence en mémoire des victimes de cette barbarie.

Guy Sié défenseur de la liberté d'expression, explique :

téléchargement copie.jpg « Je suis de la génération de Wolinski et de Cabu, comme beaucoup d’entre vous. En 1968, nous riions, autant que faire se peut, de leur blague sur les conformismes liés à la consommation. Nous riions, de leur sortie iconoclastes contre les valeurs établies de l’époque. et puis ça n’allait pas plus loin. Jamais, il ne nous serait venu à l’idée qu’ils méritaient la mort pour s’être livrés à ce genre de facétie.

Les journalistes ont le droit d’exprimer publiquement leur opinion  et de la divulguer. Même si leur opinion, comme c’est le cas pou Charlie Hebdo est souvent anticonformiste, non conventionnelle, puisque le but du journal c’était un peu de caricaturer tous ceux qui tendent à nous couler dans des moules de pensées préfabriqués et à défendre avant tout la liberté individuelle de chacun...

Ce qui est reproché à Charlie Hebdo, c’est inimaginable, ce sont deux dessins, qui n’étaient pas d’ailleurs le fait de dessinateurs de grand talent qu’étaient Cabu, Wolinski, Charb, Tignous et les autres.

C’étaient deux dessins qui avaient été faits par des journalistes danois et qu’ils avaient reproduits dans le journal. C’est pour ça qu’ils sont morts, pour avoir reproduit deux dessins dans le journal.....

 Il faut s’attendre, à ce que surfant sur cette vague des attentats, des personnes tracassés essayent de semer le désordre.

Le seul moyen d'y répondre c’est la troisième valeur de la République, c’est la fraternité. Tous ensemble, nous sommes là pour dire que quelles que soient nos divergences d’opinions ou confession religieuses, que l’on soit croyant ou athée, nous voulons vivre dans un pays de fraternité, dans un pays où on ne tue pas les gens parce que ils se sont permis de caricaturer une opinion. »

 

 

14.12.2014

Le village des Cabanes de Fleury reconnu en catastrophe naturelle

 

DSC_0023.JPG

                             Les bidons d'huile de moteur se déversent dans le sable

La commune de Fleury est en reconnaissance de catastrophe naturelle, les Cabanes de Fleury ont bien souffert lors de ces dernières intempéries.

Guy Sié et son adjoint en charge des Cabanes, Yvon Ciquier ont du pain sur la planche pour redonner belle allure aux paysages environnants.

PREFET BARRAGE ANTI SEL_20141209_0003.jpegLe préfet de l'Aude, Louis Le Franc, s'est rendu sur site le 9 décembre pour mesurer l'ampleur de la catastrophe, il s'est dit « impressionné ». Le 10 l'arrêté interministériel portant reconnaissance de catastrophe naturelle a été publié au journal officiel.

Désormais, il va falloir mettre en place un long et coûteux processus de nettoyage, qui va payer ?

En 2013, la population avait été appelé au secours de la nature, une opération de tri avait été lancée par la municipalité, pour séparer plastiques et autres matières du bois....à suivre

Photo : Visite de Mr le Préfet et Mme le Sous-Préfet aux Cabanes, arrêt au barrage anti-sel pour constater l'effondrement des berges.

 

 

 

07.12.2014

Nouvelle apocalypse sur la plage des Cabanes de Fleury

 

DSC_0022.JPG

Chaque année, lors des forts coups de mer, la plage des Cabanes subit les outrages d’une pollution due aux effets conjugués de la crue du fleuve, de la houle, mais aussi de l'incurie des  autorités, les berges de l’Aude étant rarement entretenues par les communes riveraines.

DSC_0015.JPG Durant les 224 km de son périple, le fleuve en crue ramasse sur son passage des dizaines de milliers de mètres cubes de déchets en tout genre : troncs d’arbres et bois,  roseaux, branches, bidons et bouteilles plastiques, bonbonnes de gaz...qu'il déverse sur la plage pérignanaise. 

Autrefois, quand la digue était droite, une partie importante des déchets transportés  allait s’éparpiller au large quand le vent du nord se mettait à souffler après la pluie.

Mais à la fin des années 80, le débouché en mer a été recalibré et la nouvelle digue a été incurvée vers les plages de Fleury. L’effet  est catastrophique : rien de ce que le fleuve transporte n’échappe à la plage des Cabanes. Aujourd'hui, sur 6 km, la plage  de Fleury est complètement ensevelie sous des milliers de tonnes de détritus.  

Le coût du nettoyage est prohibitif pour la commune, plus de 80 000 €, alors qu’un premier DSC_0034.JPGnettoyage lors de pluies d'octobre avait déjà coûté 20 000 €.

 La fin de l'hiver est loin. Le phénomène peut encore se reproduire ! Pourtant impossible d'attendre pour nettoyer la plage, car lorsque le Cers se lève, il enterre tout sous le sable et complique la remise en état.  

Guy Sié, le Maire de Fleury, se bat depuis de nombreuses années contre l'immobilisme des autorités face à ce phénomène écologique, d'autant que sur la plage des Cabanes se superposent quatre sites Natura 2000.

Sa demande est explicite : «  Le principe pollueur = payeur doit être mis en œuvre ! Ce ne sont pas les contribuables de la commune qui polluent la plage mais bien la rivière.  98% des dépôts viennent de l'Aude et non de la mer, contrairement à ce que certains prétendent. Nous demandons qu'un service soit mis en place, service auquel participeraient tous les organismes concernés, le SMMAR, le SMDA, l'Etat, l'Agglo, le parc Naturel Régional, afin que  chacun contribue financièrement au nettoyage de la plage des Cabanes après des événements météorologiques de forte intensité. On ne peut pas continuer comme ça ! Si rien n'est fait une nouvelle fois, je prendrai des mesures radicales pour attirer l’attention au plus haut niveau. »

DSC_0040.JPG

 

 

 

 

 

 

02.12.2014

Les Cabanes de Fleury en première ligne

 

DSC_0033.JPG

DSC_0037.JPGLa cote d'alerte a été atteinte ce week-end, la rivière Aude est sortie de son lit envahissant la route qui mène aux port des Cabanes. Pour un peu la navigation aurait été possible dans le fossé parallèle à la route !

A ce jour la mer plus calme absorbe les mètres cubes d'eau mais aussi de bois et autres déchets transportés par l'Aude.

Le pire est à craindre pour la plage des Cabanes dans les jours à venir. Le triste record de 2013 risque fort d'être battu.

Guy Sié a promis de monter au créneau si aucune aide des autorités n'est envisagée, « la commune ne peut supporter seule le coût du nettoyage des déchets accumulés par rivière de 224 klm ».

La circulation est coupée sur différents axes, entre le pont du barrage anti-sel et Vendres, entre la Pagèze et St Pierre la Mer, entre Notre Dame de Liesse et La pagèze.

A St Pierre là aussi un grand nettoyage s'impose, la mer a laissé derrière elle moult indices de son DSC_0040.JPGpassage ! Plages, rues, parkings, aire de jeux, la tempête de ces derniers jours a marqué la station balnéaire.

Le Cers est attendu très fort ces prochains jours, attention les sols détrempés et le vent favorisent la chute d'arbres.

Photo, à St Pierre la mer est passée par dessus le parapet laissant sur son passage bois mort et autres déchets

 

un débit impressionant pour l'aude qui transporte des quantités énormes d'embaclesIMG_0343.JPG

26.11.2014

Le littoral pérignanais n'a pas été épargné

 

DSC_0004.JPG

Un violent épisode orageux s'est abattu sur la station balnéaire de St Pierre la Mer, pluie et grêle durant plusieurs heures.

Résultats, coupures de courant, éclairage public hors service dans  certains quartiers et réseaux téléphoniques interrompus..

La police municipale et les pompiers sont intervenus une dizaine de fois dans la nuit du 24 au 25 novembre jusqu'au  petit matin. Nombreuses inondations de caves et de vérandas, notamment dans le quartier des Baraquiers. Les habitants ont été mis en sécurité. Pas de victime fort heureusement.

DSC_0009.JPGL'heure est  au nettoyage pour les commerçants du boulevard de la Douane. Les deux agences immobilières et le caveau du Domaine La Tour Lapgèze ont constaté environ 30cm d'eau dans leurs locaux au matin. A noté également des glissement de gravats, en raison des travaux en cours sur la station, tout ce qui était stocké, sable, terre et graviers ont été emportés dans les rues sous-jacentes.

En quelques heures les arbres ont retrouvé leur aspect hivernal avec leur  branches dénudées. Les services techniques de la ville sont  à pied d'œuvre pour évacuer les feuilles qui bouchent le réseau pluvial. La plage n'existe plus autour du Rocher, l'eau est partout, les franges de sable encore visibles sont jonchées de bois et autres détritus ramenés sur le rivage par une mer déchaînée.

Plus de peur que de mal c'est vrai, mais les dégâts sont là, un coût supplémentaire pour la municipalité.

 

 

21.10.2014

Un cilp tourné dans les rues de Fleury

 

DSC_0074.JPG

Deux jeunes Pérignanaises d'adoption, Floriane et Elsa , colocataires à Fleury, et deux de leurs amies, Ophélie et Aurélie ont réalisé un clip vidéo dans les rues du village.

Pourquoi ce projet ?

Le déclencheur fut Ophélie, musicienne et compositrice, qui, un jour, leur soumit « Full moon », une musique de son cru  pour avoir leur ressenti.

Floriane et Elsa expliquent : «Cette mélodie nous a interpellé et l'idée a fait son chemin. Nous sommes passionnées par le cinéma mais pas seulement en spectatrices. Alors pourquoi pas se lancer dans une aventure entre copine et faire un  »Bœuf artistique«  en créant un vrai court-métrage ».

Il faut dire que toutes les quatre ont des compétences en la matière, Ophélie musicienne, c'est son métier, Elsa a suivi une formation en audiovisuel et journalisme, Floriane travaille dans le secteur de la communication et Aurélie dans celui des arts appliqués.

Le thème abordé touche tout un chacun : une journée vécue dans le traditionnel « métro, boulot, dodo » assortie du stress ambiant, heureusement agrémentée par le plaisir d'avoir des amis et des voisins pour partager de bons moments.

Le réveil sonne, il faut sortir de son cocon douillet...La suite à voir sur https://www.youtube.com/watch?v=NvB59aCPUhU .

Perfectionnistes, elles avaient programmé la sortie du clip sur la toile  le 8 octobre jour de pleine lune pour coller parfaitement au titre du morceau de musique, « Full moon », qui évoque cette tradition asiatique de fêter la pleine lune. D'autres projets sont dans les cartons de ce collectif amateur, notamment de participer à des concours de cinéastes amateurs.