21.04.2013

Un point sur les travaux en cours et à venir pour 2013

IMG_0658.jpeg


A Fleury

  • Le centre périscolaire lancé en 2012 sera terminé en janvier 2014.
  • L'avenue de Béziers et  le boulevard de la République ,  l'inauguration est prévue le 15 juin. 
  • Aménagements du lotissement route Lespignan, et des voiries des Pountils 

A Saint Pierre : 

  • Les travaux boulevard de Bellevue se terminent, inauguration le 7 juin.
  •  Front de mer préparation des sous sol avant d'envisager l'aménagement de surface.
  • Réamenagement de la mairie annexe et de l'office de tourisme. Afin de clarifier l'accueil du public, séparation des deux pôles, fin des travaux début Juillet.
  • Le grand lifting du parking de l'Oeil Doux. Une requalification nécessaire compte tenu de l'affluence touristique sur se site. Les travaux débuteront à l'automne après la période de nidification du Circaète Jean-le-Blanc, espèce rare et protégée.

Aux Cabanes de Fleury :

  • De grands travaux de désensablement de la passe et réensablement de la plage mais aussi de protection du port par une autre digue conditionnent le début des travaux deréhabilitation du parking de la plage et l'aménagement du port. 
  • Pour le port  sont prévus : le remplacement des pontons par des pontons flottants munis de catways, aménagement de la promenade piétonne et à la mise en place d'un éclairage architectural.
  • Pour le parking de la plage, une requalification s'impose afin de maîtriser l'accès motorisé et insérer le lieu dans le paysage tout en sensibilisant les usagers à l'aspect écologique et environnemental.

Il y a du pain sur la planche pour les services techniques municipaux et les entreprises locales sollicitées pour la plus part des travaux. 

13.04.2013

Un budget sous le signe de la rigueur, mais tourné vers l'avenir

DSC_0002.JPG

Les 4 et 8 avril, les Pérignanais de Saint Pierre, des Cabanes et de Fleury étaient invités à la présentation du budget 2013 par les élus du conseil municipal.

En première partie, Guy Sié a rappelé combien la situation économique du pays rend les choses difficiles pour les collectivités, privées de plus en plus de subventions. L'état a promis une baisse de 1,5 milliard d’€ pour les deux années à venir pour la dotation aux communes, dotation déjà gelée depuis deux ans. De plus, Fleury paie le prix fort, peu aimée du département en raison du litige concernant le fiasco de la bulle, ce qui fait que les subventions dont la commune pourrait bénéficier sont réduites à la portion congrue.

DSC_0007.JPGMalgré tout, et sans augmenter la pression fiscale sur les administrés, la commune investit pour l'avenir.

C'est à Gerard Gauthier, premier adjoint, que revient la tâche de présenter le budget 2013.

En quelques chiffres, il décrit ce que représente Fleury : 5127 hectares, 80 km de voies, 9955 logements dont 8297 résidences secondaires, une population DGF (chiffre pris par l'Etat pour le calcul de la dotation de fonctionnement) de 10609 habitants. C'est aussi 124 agents territoriaux,11 intervenants dans les écoles, plus le personnel saisonnier.

Pour gérer au mieux cette commune particulière avec trois pôles distants de 7 km les uns des autres, le budget 2013 est fixé à 15 669 000€ dont 32% sont consacrés à l'investissement et 68% au fonctionnement. Un investissement qui privilégie la jeunesse, le tourisme, l'enseignement, l’économie et les aménagements de voirie.

Gérard Gauthier constate qu'avec des dépenses d’équipement en 2013 de 3,8M€, ce seront en fin de mandat au total plus de 18 M€ qui auront été investis. Il ajoute : " la commune aura emprunté 7,5millions d’€, les impôts locaux augmentés en 2009 de 4,7% seront restés stables depuis. Ils avaient augmenté de 17% lors du précédent mandat."

Le premier adjoint conclut en prônant la réduction des dépenses de fonctionnement et la rigueur économique tout en se tournant vers l'avenir, car investir est une nécessité pour  l’expansion de la commune tout en  soutenant  les entreprises de la région et l’emploi.

04.02.2013

Réhabilitation des réseaux d'eaux usées à Fleury

 

La communauté d’Agglomération du Grand Narbonne procède actuellement à la réhabilitation des réseaux d'eaux usées dans certains quartiers des Fleury d'Aude.

Cela peut occasionnellement gêner les riverains des  rues du Lavoir, du Bouquet, Francis Valls, Diderot et Docteur Fabre.

En effet, la technique utilisée, permet par la mise en place d'une chaussette textile dans l'ensemble des réseaux et l'injection d'une résine polyester, la réutilisation des dits-réseaux.

Ce procédé peut provoquer de mauvaises odeurs émergeant des canalisations internes aux habitations. Dans la rue Diderot, la conduite sera changée car trop endommagée pour être réutilisée de la sorte.

Les travaux de chemisage débuteront le 4 février pour une durée d'environ cinq semaines. 

31.12.2012

Les rubans bleu blanc rouge se coupent à la chaîne dans la commune

DSC_0010.JPG

DSC_0013.JPG

Tout d'abord à Fleury avec la fin des travaux de la rue des Cavalières inaugurée lundi 17 sous un beau  soleil par Guy Sié et plusieurs membres du conseil municipal, Stéphane Daguet, responsable de l'entreprise EIFFAGE, les responsables des services techniques municipaux et les riverains. A l'issu de la cérémonie, Guy Sié a reçu des mains de Stéphane Daguet un ballon de rugby à l’effigie d'EIFFAGE en souvenir de cette belle collaboration  dans  la modernisation d'une rue, l'apport du confort et de la sécurité à ses habitants. Tous se sont retrouvés au local des chasseurs pour un apéritif convivial.


C'était aussi une journée symbolique pour le quartier des écoles où le parking était rendu aux DSC_0004.JPGvéhicules.Après quelques semaines de travaux nécessaire au début de la construction du centre périscolaire, parents et enseignants retroouvent l’accès de ce parking qui accueille désormais 100 voitures. Il reste quelques finitions, mais cela n'en gène pas l'utilisation.

 

A Saint Pierre la Mer, c'est l'Avenue des Exals qui a été inauguré le jeudi 20. Le ruban tricolore coupé par Guy Sié, en présence des élus, de l'entreprise COLAS, de Benoit Pichéry, directeur des services techniques municipaux et de Jean-Paul César, directeur de l'office du tourisme, a signé la fin de la remise en état de cette impasse plus qu'une avenue qui avait subi plusieurs opérations à cœur ouvert durant la réhabilitation de l'Avenue Brossolette. 

DSC_0019.JPG

Prochaine étape, l'Avenue de Béziers à Fleury et le boulevard Bellevue à Saint Pierre, mais il faudra attendre encore un peu. 

 

29.12.2012

Du nouveau pour l'info des Pérignanais

 

IMG_7478.JPG

Cela est bien agréable de savoir ce qu'il se passe dans son village, mais le temps manque souvent pour aller chercher l'info.

IMG_7470.JPGDésormais, pour les Pérignanais, ce qu'il y a d'important à savoir pourra être vu de tous.Un panneau lumineux vient d'être installer devant l’Hôtel de Ville, visible par les piétons et les automobilistes.

A la pointe de la technologie, ce panneau lumineux nouvelle génération informe non seulement par du texte mais aussi par des photos ou de la vidéo, le tout en couleur.

Les infos de la mairie ou de l'office de tourisme  y seront diffusées. L'esthétisme du mobilier urbain déjà en place a été respecté puisque cet écran est inséré dans une structure au design rappelant celui des bancs de la place Jean Moulin.

Plus aucune excuse désormais pour oublier de s'inscrire sur les listes électorales ou déposer ses déchets encombrants sur le trottoir sous prétexte de ne pas connaître les horaires de la déchetterie par exemple.

Toutefois, automobilistes, soyez prudents, lire ou conduire, il faut choisir !

18.12.2012

Un pêcheur de tenilles représenté en fresque sur un transformateur ERDF à St Pierre la Mer, avenue de Brossolette

DSC_0001.JPG

Les postes de transformation électrique comme tous les mobiliers urbains, sont souvent l'objet de multiples dommages,  tags ou affichage sauvage.

ERDF accompagne les collectivités locales dans leurs projets d’amélioration de l’environnement, de lutte contre l’exclusion et la précarité, en favorisant le lien social par l’insertion et l’emploi. Dans ce cadre, une fresque a été réalisé sur le poste électrique situé avenue Pierre Brossolette à St Pierre la Mer en collaboration avec le Grand Narbonne et la société IDEAL.

téléchargement.jpgCette fresque évoque un thème cher au cœur des anciens du village : « lo tenilhaire », entendez pour les non initiés, « le pêcheur de tenilles », petit coquillage enfoui dans le sable de la mer. Guy Sié a rappelé qu' il n'y a pas si longtemps, en 1960, on entendait encore dans les rues du village :« A las tenilhas…Qual ne vòl ? Cent francs lo bòl ! » (Des tenilles ! Qui en veut ? Cent francs pour un bol ! ).

Un travail pénible pour les reins du pêcheur que de tirer le teniller dans les vagues glacées du mois de mars jusqu’à mi-cuisse. 

Lundi 10 décembre a eu lieu l’inauguration  la fresque en présence d' Isabelle Herpe, Vice-Présidente de la Communauté d’Agglomération,  de Guy Sié,  Maire de Fleury d’Aude,  de Pierre Sourgnes Président de l’Association IDEAL, de Joel Grandperrin, délégué territorial ERDF, d’élus et d’agents territoriaux de la commune, le personnel et les membres de IDEAL qui ont réalisé cette œuvre d’art.

C’est la touche finale aux travaux d’amélioration esthétique des réseaux électriques dans l’avenue Pierre Brossolette entamés depuis plusieurs années entre la mairie et ERDF.

Une plaquette explicative avec des croquis sera fixée prochainement, en attendant Guy Sié occitan et Pérignanais avant tout partage sa culture de l'histoire du village :

"lo tenilhaire ou pêcheur de tellines, un personnage typique de notre patrimoine méditerranéen.

 

 

Les tellines, appelées « tenilles » dans le Narbonnais par inversion des syllabes, sont de petits coquillages bivalves nacrés, de 2 ou 3 cm de long, qui s’enfouissent à 3 ou 4 cm sous le sable de la mer, tout près du rivage.

 

Leur pêche a, pendant très longtemps, constitué un revenu d’appoint aux pêcheurs de nos villages du bord de mer.

 

 

Elle se pratiquait presque toute l’année à l’aide du  « teniller », engin de fabrication artisanale, constitué d’une lame de fer pour labourer le fond de la mer et d’un grillage semi circulaire aux mailles assez fines pour laisser passer le sable tout en retenant les tellines qui finissaient par s’accumuler dans un petit filet, « la margue », constituant la queue de l’outil. 3 manches en bois reliés entre eux sortaient de l’eau et permettaient de conduire le teniller.

 

Une « brassière » en sac de jute reliée par deux cordes au bas du teniller complétait l’appareillage. Cette brassière autour des reins, « lo tenilhaire » ratissait et tamisait le sable en reculant, en essayant d’éviter les vagues glacées au mois de mars… et les piqûres de vives aux pieds en juin.

 

Une fois triées et lavées, les tenilles étaient mises dans un seau et vendues dès l’après midi dans les rues des villages, non pas au kilo, ni au litre, mais au bol !


Pour annoncer son passage et faire sortir d’éventuels clients sur le seuil de leur porte, le tenilleur criait en téléchargement (1).jpgoccitan :

 

« A las tenilhas…

Qual ne vòl ?

Cent francs lo bòl ! »

Traduction : « Des tenilles ! Qui en veut ? Cent francs pour un bol ! »

Il s’agissait bien sûr des anciens francs d’avant 1960. 



Ces coquillages exquis à la poêle avec une persillade ou en sauce Béchamel, étaient très prisés des anciens de chez nous et le produit de la pêche était vite vendu. 

08.12.2012

Le centre Périscolaire de Fleury sort de terre

DSC_0071.JPG

C'est le chantier phare de l'année 2012/2013.

 La construction du centre périscolaire qui accueillera les petits Pérignanais fin 2013, évolu sous l'oeil attentif de tous.

IMG_1295.jpgInterrogé, Joel Madern, architecte et responsable du service urbanisme  de la ville, explique :«  L’aire de stationnement qui prévoit 100 places environ doit être terminée ce début décembre et comprend les réseaux secs (réseaux basse tension, éclairage public, télécoms, fibre optique en liaison avec les bâtiments communaux),  les réseaux humides (eau potable, eaux usées et eaux pluviales), les jardinières  et l’enrobé de surface. Le bâtiment commence à sortir de terre avec les fouilles et le béton de fondation coulé, la mise en place de la grue en poste tout au long du chantier ».

Même si des aires de stationnement provisoires ont été mises en place à côté de la salle polyvalente et du cimetière avec un cheminement sécurisé à l’intérieur du stade jusqu’au parking de la piscine, retrouver le parking au niveau des écoles sera un soulagement pour les usagers. La gène occasionnée est cependant moindre et de courte durée compte tenu de l'ampleur du chantier.

Les élus en charge des travaux et du scolaire visitent chaque semaine le chantier et mesurent ainsi son avancée. Pour l'heure le calendrier est respecté, pourvu que  l'hiver ne vienne pas semer le désordre ! .