03.01.2014

L'aire de lavage Fleury /Salles, un exemple au delà du département

DSC_0046.JPG

De nombreuses visites on déjà eu lieu depuis sa mise en service.

L'aire de lavage des machines agricoles, est en Languedoc-Roussillon la seule aux normes présentant les deux fonctions : lavage des machines à vendanger,  lavage et remplissage des pulvérisateurs.

DSC_0043.JPGConjointement élaborée par les communes de Salles d'Aude et Fleury d'Aude associées au travers d'un syndicat intercommunal, le SILMA, cette aire de lavage est un exemple et une source d'informations pour tous les maires dont la viticulture fait partie de la vie quotidienne de leur commune.

Ce 16 décembre c'est une délégation de l'Agglo perpignanaise qui s'est rendue sur site. Une halte en mairie où la projection d'un diaporama a permis  d'expliquer le projet en détail.

La délégation s'est ensuite rendue sur site pour une visite commentée accompagnée par Martine Cadena, adjointe au maire déléguée à l'environnement, et Le directeur des services techniques, Benoît Pichéry.

Parmi elle, se trouvaient,  plusieurs élus de Caunes Minervois, une commune qui a mis en œuvre le même projet sur l'exemple de Fleury/Salles, il sera bientôt en service.

La prise de conscience de l'obligation de maîtriser les éléments polluants inhérents principalement  à la culture de la vigne  devient essentielle pour l'environnement, de tels exemples contribuent à sensibiliser les élus régionaux au problème de la pollution des sols et des nappes phréatiques. 

28.12.2013

La réhabilitation de l'aire d'accueil de l'Oeil Doux est en cours

DSC_0003.JPG

Visite du chantier par les élus, Joël Madern Plan en main commente les travaux

Chaque année, le site de l'Oeil Doux accueille prés de 80 000 personnes dont  20 000 se rendent à l'éco-musée de la bergerie de l'Oustalet.

L'hyper fréquentation, le parking sauvage des voitures mais aussi des campings-cars risquaient à thermes d'engendrer la banalisation et la détérioration du paysage, il fallait réagir.

Les travaux engagés depuis quelques jours visent à canaliser le flots des véhicules et inviter les promeneurs à se diriger vers le Gouffre en empruntant un parcours défini afin de permettre la revégétalisation naturelle du lieu.

Le projet a été élaboré en pluri-partenariat avec le conservatoire du Littoral, propriétaire du site, la FNADT(Le Fonds national d'aménagement et de développement du territoire), la FEDER(Fonds européen de développement économique et régional), l'Etat, la DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), le PNR(Parc naturel régional) et la commune de Fleury. Les accès seront limités pour les campings-cars afin d'éviter le camping sauvage.

DSC_0008.JPGPrès de 90 places de stationnements seront crées. Des parcelles de terrains sont décompactées et laissées en l'état afin que la végétation repousse. Pas de ciment, pas de bitume, les matériaux employés sont ceux de l'environnement, terre, bois, et ce  afin de ne pas dénaturer le paysage du site classé de la Clape.

Attention, des fossés ont été creusés en bord de route pour empêcher l’accès anarchique au site.

 Le coût total des travaux s'élève à 202 894HT subventionné en partie par l'Etat (FNADT) à hauteur de 36520€, la  Région pour 76085€, la Dreal pour 5000€, la FEDER pour 44637€, la municipalité pour 40652€. La commune de Fleury est maître d'ouvrage.

L'inauguration est prévue courant février.

Un projet qui a mis du temps à sortir des cartons en raison  des exigences de chaque partenaire en matière de sécurité et environnementale.

DSC_0011.JPG

21.12.2013

Les travaux ont débutés aux Cabanes de Fleury

DSC_0027.JPG

Attendue depuis longtemps par les Cabanaires la requalification du port de plaisance est en cours.

Quarante cinq bateaux sont mis sur cales, dix ont trouvé refuge au port du Chichoulet qui a offert les places et quarante autres sont remisés par leurs propriétaires. Un expert inspecte les embarcations aux sortir de l'eau et les contrôlera à nouveau lors la remise à l'eau.

Les vieux pontons seront prochainement démolis. DSC_0002.JPG

 

A l'issu des travaux courant mars, le petit port des Cabanes aura retrouvé fière allure, pontons  modernes, éclairage revu et aménagement des espaces. L'alimentation en eau et électricité est repensée de façon à en optimiser leur consommation et ce dans un souci permanent d'éco-gestion.

Ce projet de requalification portuaire est décliné sur cinq ans, il se fera en trois phases essentielles aux rythmes des saisons touristiques. A venir, la réhabilitation du quai d'honneur, de la base nautique, la formation d'agents spécifiques au port et entre autres une capitainerie avec douches et sanitaires à l'horizon 2015.

DSC_0020.JPGLe projet de la municipalité se veut en accord avec la stratégie européenne de croissance bleue qui met en avant l'impact économique du tourisme maritime et également en cohérence avec la stratégie touristique en faveur de la plaisance votée le 19 juillet 2013 par la Région Languedoc-Roussillon, dont l’objectif est la montée en gamme des destinations portuaires.

 DSC_0022.JPG

18.12.2013

L'avenue des Corsaires à St Pierre en passe d'être rénovée

 

DSC_0005.JPG

La requalification de  l'avenue des Corsaires a débuté cet automne.

DSC_0009.JPGLes travaux d’eaux usées et d’adduction d’eau potable, déjà en partie effectués sont mandatés par le Grand-Narbonne, le concessionnaire est Véolia, (travaux réalisés par Rigal TP).

L'effacement des réseaux basse tension, téléphonie et éclairage mandatés par la commune en partenariat avec le SYADEN  est en cours, ils sont effectués par la SPIE.

Les travaux de voirie et pluvial (réseaux humides) sont quant à eux à la charge de la commune, il seront réalisés par Colas.

La première tranche qui part de l'avenue P.Brossolette DSC_0006.JPGjusqu'au porche de la plage sera terminée avant la saison touristique. La deuxième partie sera remise en circulation par une réfection provisoire avant de faire l'objet d'une totale réhabilitation après l'été.

Le budget investi par la commune s'élève à près de 367 000 TTC, la part supportée par le  Grand Narbonne est d'environ 138 000€ TTc et celle du SYADEN (syndicat audois d'énergie) de 180 000€ TTC.

Un trottoir de 1m40  d'un coté et un trottoir franchissable de l'autre permettront une circulation sécurisée des piétons ou poussettes. Des places de parking seront crées, un nouvel éclairage plus économique remplacera l'actuel.

Ce chantier d'envergure  fait suite au plan de réhabilitation de la voirie à St Pierre.

06.12.2013

Fleury remporte le trophée « La belle Adresse »

2013.11sublim aotomobile- thierry le ribillard (2).jpg

Un label de plus au tableau d'honneur.

Avant que l'association des maires de l'Aude, la Poste et le SDIS sollicitent les municipalités, les élus de la commune de Fleury se sont aperçus de nombreuses anomalies dans la dénomination et la numérotation des rues.

Le retour en nombre de courriers administratifs a déclenché une prise de conscience de l'urgence à remettre de l'ordre.

C'est un long et fastidieux travail qui s'est alors engagé.

Christian Gagnepain, conseiller municipal, s'est lancé dans cette tâche difficile, épaulé par Marie-Thérèse Moréno et Joël Maderne du service urbanisme, ils n'ont pas hésité à se rendre sur le terrain pour relever les manquements. 

La Poste, conformément à la convention signée avec le SDIS et l'AMA, accompagne et valorise les communes dans cette démarche.

Son slogan parle de lui même « L'adresse : un droit pour les habitants, un gage d'accessibilité ».

DSC06119.JPGLe concours national, mis en place pour motiver et sensibiliser les collectivités, récompense du label « La belle adresse » les communes qui se donnent les moyens de faciliter l'acheminement du courrier mais aussi des secours en cas de besoin et le repérage par localisation GPS.  

En effet, l'urbanisation rapide des petites et moyennes bourgades, complique l'adressage dés lors que les accès aux nouveaux quartiers ou lotissements ne sont pas ou mal nommés.

C'est le cas à St Pierre la Mer avec 150 lotissements ou résidences qui ont vu le jours ces dernières années.

Désormais, l'impasse des Corbières, L'impasse du champ de Garde, l'impasse des Merles Blancs et le passage des Rouges-gorges, font partis de la cartographie de la station balnéaire.

C'est aussi 126 plaques qui seront bientôt posées pour faciliter le repérage des adresses par une signalétique appropriées.

Le service urbanisme s'est chargé d'avertir ERDF, Véolia, le centre de tri, le cadastre et les syndics.

Cette démarche a porté ses fruits puisque la municipalité Fleury remporte le 1er prix au niveau départemental et national dans la catégorie des plus de 3500 habitants.

Le même travail sera bientôt engagé pour le village de Fleury et le port des Cabanes. 

05.12.2013

Le centre périscolaire de Fleury en bonne voie d'achèvement

DSC_0010.JPG

La visite de chantier effectuée ce lundi 2 décembre rassure quant à  l'évolution des travaux.

DSC_0004.JPGLe maire, Guy Sié, ses adjoints en charge du budget et des travaux de la commune, l'architecte de la ville, le directeur général des services, confirment la réception de chantier autour du 10 janvier 2014. Cela ne signifie pas pour autant la mise en service immédiate, restera alors l'aménagement en mobilier et accessoires.

Le 1er mars les enfants de l'ALAE intégreront les locaux et le restaurant scolaire accueillera les écoliers à partir du 17 mars au retour des vacances d'hiver.

L'ambiance générale se dessine, fuchsia, vert anis, gris, des couleurs chatoyantes pour offrir aux petits Pérignanais un lieu bien à eux où il fera bon grandir.

Un investissement, certes, important  pour le budget communal, mais bien plus encore pour le bien vivre des enfants et la quiétude des parents.

Un projet dont Fleury n'aurait pu se passer face à l'évolution démographique et aux normes de plus en plus exigeantes, ajouté à cela, la réforme des rythmes scolaires qui aura son impact sur l'accueil des enfants en périscolaire. 

DSC_0017.JPG

25.11.2013

Le puits de St Estève

DSC_0006.JPG

Sur les terres communales, du côté de Tharailhan, site archéologique moyenâgeux, coulait l'eau pure d'une source aujourd'hui asséchée... Cela pourrait être le début d'une histoire au parfum de Provence où le murmure de Manon serait porté par le Mistral.

Ici en terre pérignanaise, balayée par le Cers ce sont les anciens qui se souviennent de cette source de St Estève et du puits.

A l'époque, pendant la guerre dans les années 1942-1943, alors  petits enfants, ils venaient, le mercredi après-midi, à pied en passant par les Cayrols, pioche sur le dos, travailler la terre.

Le jardin n'était pas bien grand, certes, mais les quelques légumes récoltés valaient de l'or en cette période de restriction.

puit de st esteve.jpgL'eau de la source servait à l'arrosage du précieux trésor. L'instituteur de l'époque, Aimé Teisseyre, conduisait ses jeunes maraîchers.

St Estève fait parti du patrimoine de Fleury et l'association des Chroniques Pérignanaises ne pouvait pas l'ignorer. Il ne suffisait pas d'en raconter l'histoire dans l'annuel 2012 complément du livre « De Pérignan à Fleury », il convient maintenant de réhabiliter le lieu.

Dernièrement, élus, responsables des services techniques et membres des chroniques, se sont rendus sur place pour mesurer l'ampleur de la tâche.

Un mètre cinquante de terre recouvre les belles pierres de tailles qui marquent l'entrée du puits.

Le travail est engagé, bientôt le puits apparaîtra tel qu'il était, restera alors  invoquer le ciel ou la main de l'homme pour que l'eau y soit de nouveau puisée.