16.12.2014

Conseil municipal

 

La réunion ordinaire du Conseil Municipal qui se tiendra le mardi 16 décembre 2014 à 18 H 30

à la Salle des Fêtes  avenue François Mitterrand, 18 délibérations sont à l'ordre du jour . Dernière réunion de l'année 2014.

  1. Approbation du compte rendu de la séance précédente
  2. Information sur les décisions prises dans le cadre des délégations accordées à M. le Maire
  3. Communication sur le rapport d’activités de l’année 2013 du Grand Narbonne – Communauté d’Agglomération
  4. Demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle et demandes de subventions
  5. Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux (D.E.T.R.) pour 2015
  6. Budget primitif principal - Décision modificative n°2
  7. Budget du Port des Cabanes - Décision modificative n°2
  8. Demande d’une subvention pour l’école municipale de musique auprès du Conseil Général de l’Aude
  9. Vote des tarifs du cimetière
  10. Instauration des tarifs pour des encarts publicitaires dans le journal municipal « Du Vignoble à la Mer »
  11. Prime de fin d’année d’un agent non titulaire
  12. Mise à disposition de personnels auprès de l’Office Municipal de Tourisme
  13. Indemnité de conseil allouée au comptable public
  14. Effacement BT Rue du Puits Sûr - Convention d’organisation temporaire de la maîtrise d’ouvrage dans le cadre de travaux coordonnés avec le SYADEN
  15. Délégation de Service Public pour l'exploitation des lots de plage sur la plage naturelle concédée à la commune et approbation du règlement de la consultation
  16. Délégation de service public (DSP) Halles Lo Vilatge de Saint-Pierre : Changement de délégataire des cellules n°15 et n°16 dont l’activité est « PIZZERIA»
  17. Approbation de la modification des statuts du SIVOM Narbonne Rural
  18. Réhabilitation des fusillés pour l’exemple pendant la Première guerre mondiale

 

15.12.2014

Un bureau municipal flambant neuf aux Cabanes

 

DSC_0070.JPG

Depuis quelques jours Yvon Ciquier, adjoint au maire en charge des Cabanes de Fleury , peut recevoir les Pérignanais du bout de l'Aude dans bureau qui sent bon la peinture fraîche.

Sur la façade en baie vitrée un montage de photos apposé sur la vitrine représente tout le bonheur de vivre entre rivière et mer.

Pour qui sait regarder, on peut même y découvrir le visage de quelques Cabanaires !

Yvon Ciquier reçoit sur rendez-vous, 04 68 46 60 84 ou 04 68 46 62 30.

Sylvette Boffelli, adjointe au maire et Myriam Cros-Chétrit, conseillère municipale, toutes deux déléguées au social reçoivent le mercredi de 14h30 à16h30.  Contact au 04 68 46 60 60.

Le local se situe avenue Alain Colas à coté du Canotier.

 

14.12.2014

Le village des Cabanes de Fleury reconnu en catastrophe naturelle

 

DSC_0023.JPG

                             Les bidons d'huile de moteur se déversent dans le sable

La commune de Fleury est en reconnaissance de catastrophe naturelle, les Cabanes de Fleury ont bien souffert lors de ces dernières intempéries.

Guy Sié et son adjoint en charge des Cabanes, Yvon Ciquier ont du pain sur la planche pour redonner belle allure aux paysages environnants.

PREFET BARRAGE ANTI SEL_20141209_0003.jpegLe préfet de l'Aude, Louis Le Franc, s'est rendu sur site le 9 décembre pour mesurer l'ampleur de la catastrophe, il s'est dit « impressionné ». Le 10 l'arrêté interministériel portant reconnaissance de catastrophe naturelle a été publié au journal officiel.

Désormais, il va falloir mettre en place un long et coûteux processus de nettoyage, qui va payer ?

En 2013, la population avait été appelé au secours de la nature, une opération de tri avait été lancée par la municipalité, pour séparer plastiques et autres matières du bois....à suivre

Photo : Visite de Mr le Préfet et Mme le Sous-Préfet aux Cabanes, arrêt au barrage anti-sel pour constater l'effondrement des berges.

 

 

 

11.12.2014

Reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle

DSC_0044.JPGPar l'arrêté interministériel du 10 décembre  2014, publié au Journal Officiel de ce jour, la commune de Fleury d'Aude est reconnue en état de catastrophe naturelle  pour les dégâts aux biens assurables dus aux inondations survenues du 27 au 30 novembre 2014.

Les personnes sinistrées disposent d'un délai supplémentaire de 10 jours,  à compter du 11 décembre 2014, pour déclarer les dégâts à leur assureur.

L’arrêté est affiché en mairie. renseignements aux 04 68 46 60 60

 

 

09.12.2014

Le cordon dunaire et la plage des Cabanes en péril

DSC_0040.JPG

Les travaux engagés au printemps par le Conservatoire du littoral pour consolider le cordon DSC_0029.JPGdunaire par la pose d'un clayage de ganivelles et le renforcement de la digue avec le sable puisé dans la passe du port ont été malmenés par la tempête de ce début décembre.

Guy Sié, maire du village, Yvon Ciquier, adjoint responsable des Cabanes de Fleury et Benoît Pichery, Directeur des services techniques, se sont rendus sur place pour constater l'ampleur des dégâts.

DSC_0031.JPGGuy Sié explique : «  A la fin du XIX° siècle, entre le hameau des Cabanes et la plage, lors de la crise viticole liée au phylloxéra les Salins du Midi avaient planté 100 hectares de vignes. Pendant plus d'un siècle, la mer n'a jamais pénétré dans ce vignoble ! Avec seulement quelques chevaux et des ouvriers, les Salins du Midi arrivaient à entretenir le cordon dunaire. La plage était alors beaucoup plus large. C'est en incurvant la digue du débouché en mer à la fin des années 80 qu'on a créé un courant érosif latéral qui détruit peu à peu la plage jusqu'à  venir grignoter le cordon dunaire 200 m après l'embouchure. Dans la durée, ce cordon dunaire sera probablement détruit. L'élévation du niveau de la mer n'est pas mis en cause, inversement, la plage voisine de Vendres en rive gauche du fleuve s'engraisse de sable d'année en année. »

Guy Sié demande à l'Etat que des mesures de lutte contre cette érosion soient prises.

Il explique, « Les habitations du port des Cabanes, ne sont pas plus exposées au risque de submersion que celles des autres stations du littoral. Le hameau est implanté à 500 m en retrait de la plage et est légèrement surélevé par rapport à celle-ci, car construit sur une dune fossilisée. D'ailleurs, au cours de cet épisode climatique de grande intensité que l'Aude vient de connaître, aucune maison des Cabanes n'a été envahie par les eaux.

Il suffirait de créer un petit endiguement de 50 cm de hauteur autour de la station des Cabanes pour la protéger des plus fortes houles et aussi des plus fortes crues, qui tournent ordinairement autour de la dune fossile sans la submerger.

La sécurité des habitants serait alors garantie pour de nombreuses années, même si la hausse annoncée du niveau de la mer se produisait. »

DSC_0032.JPG

08.12.2014

Coupés du monde lors de la dernière crue...

 

DSC_0118.JPG

La route départementale qui conduit de Fleury au port des Cabanes a été submergée par la crueDSC_0037.JPG de l'Aude pendant deux jours au niveau du barrage antisel. De même, le chemin rural du Chichoulet vers le port de Vendres a été coupé à la circulation , isolant les domaines habités de Saint Raymond, Pistole, Saint Jean de Birouste, Saint-Louis d'Aude, la Bâtisse basse, les Monteilles, la Bâtisse haute avec la manade Margé et Meyrins.

Bien que le barrage antisel ait fonctionné et que les vantaux se soient mis à l'horizontale au fond du fleuve, lorsque la crue franchit cet obstacle, cela engendre des turbulences du courant qui ont provoqué un effondrement des deux berges quelques mètres en aval du barrage.

DSC_0128.JPGL'eau du fleuve s'est ensuite répandue sur la route, mettant les automobilistes en danger. Il est rare que l'Aude déborde en rive droite aussi près de l'embouchure, mais cela risque d'être systématique si l'endiguement n'est pas rapidement reconstitué en aval du barrage.Le phénomène a été également aggravé  par le défaut d'entretien des martelières, autrefois, quand il y avait encore des vignes aux Cabanes, les vignerons actionnaient ces martelières pour irriguer leurs terres et les refermaient.Aujourd'hui, elles sont en permanence à moitié ouvertes et laissent l'eau envahir les terres.

Guy Sié, le Maire de Fleury, renchérit :L'isolation des populations lors de cette crue a pris sur le littoral des proportions jamais atteintes jusque-là. Lundi matin après la crue, les communes de Gruissan, Narbonne plage, St Pierre la Mer, Fleury, Salles, Vinassan et Armissan étaient coupées du monde. Entre 9 h et midi, impossible de se rendre ni à Beziers, ni à Narbonne. Des personnes parties pour subir leur dialyse à l'hôpital ont dû renoncer. Lorsqu'on a créé l'autoroute entre Fleury et Lespignan, afin de mettre le pont au gabarit, la route départementale qui passe au-dessous a été creusée. Depuis, lors de fortes pluies, ce passage en creux est régulièrement inondé. Côté Narbonne, il était également impossible de passer par Vinassan. A Moujan, la route était coupée. Le seul point d'accès à Narbonne était le passage par l'autoroute autorisé lors des intempéries, mais avec une plage horaire d'ouverture trop réduite. Tous les automobilistes se rabattaient vers Coursan, où le bouchon était tel qu'il fallait près de deux heures avant d'arriver à la route nationale. Il faudrait revoir la convention signée entre les ASF et Narbonne afin qu'en période de crue, l'autoroute soit ouverte en permanence aux véhicules venant des communes du littoral.»

Il faut tirer les leçons de ce phénomène météorologique de forte intensité et de prendre toutes les dispositions pour le passage des secours et l'évacuation éventuelle des personnes bloquées par la crue puisse être effectuée sans trop de difficultés.

DSC_0045.JPG

07.12.2014

Nouvelle apocalypse sur la plage des Cabanes de Fleury

 

DSC_0022.JPG

Chaque année, lors des forts coups de mer, la plage des Cabanes subit les outrages d’une pollution due aux effets conjugués de la crue du fleuve, de la houle, mais aussi de l'incurie des  autorités, les berges de l’Aude étant rarement entretenues par les communes riveraines.

DSC_0015.JPG Durant les 224 km de son périple, le fleuve en crue ramasse sur son passage des dizaines de milliers de mètres cubes de déchets en tout genre : troncs d’arbres et bois,  roseaux, branches, bidons et bouteilles plastiques, bonbonnes de gaz...qu'il déverse sur la plage pérignanaise. 

Autrefois, quand la digue était droite, une partie importante des déchets transportés  allait s’éparpiller au large quand le vent du nord se mettait à souffler après la pluie.

Mais à la fin des années 80, le débouché en mer a été recalibré et la nouvelle digue a été incurvée vers les plages de Fleury. L’effet  est catastrophique : rien de ce que le fleuve transporte n’échappe à la plage des Cabanes. Aujourd'hui, sur 6 km, la plage  de Fleury est complètement ensevelie sous des milliers de tonnes de détritus.  

Le coût du nettoyage est prohibitif pour la commune, plus de 80 000 €, alors qu’un premier DSC_0034.JPGnettoyage lors de pluies d'octobre avait déjà coûté 20 000 €.

 La fin de l'hiver est loin. Le phénomène peut encore se reproduire ! Pourtant impossible d'attendre pour nettoyer la plage, car lorsque le Cers se lève, il enterre tout sous le sable et complique la remise en état.  

Guy Sié, le Maire de Fleury, se bat depuis de nombreuses années contre l'immobilisme des autorités face à ce phénomène écologique, d'autant que sur la plage des Cabanes se superposent quatre sites Natura 2000.

Sa demande est explicite : «  Le principe pollueur = payeur doit être mis en œuvre ! Ce ne sont pas les contribuables de la commune qui polluent la plage mais bien la rivière.  98% des dépôts viennent de l'Aude et non de la mer, contrairement à ce que certains prétendent. Nous demandons qu'un service soit mis en place, service auquel participeraient tous les organismes concernés, le SMMAR, le SMDA, l'Etat, l'Agglo, le parc Naturel Régional, afin que  chacun contribue financièrement au nettoyage de la plage des Cabanes après des événements météorologiques de forte intensité. On ne peut pas continuer comme ça ! Si rien n'est fait une nouvelle fois, je prendrai des mesures radicales pour attirer l’attention au plus haut niveau. »

DSC_0040.JPG